Technologie LED : essayons d’y voir plus clair !

Ce n’est pas tout de craquer sur une suspension superbe, encore faut-il trouver la couleur idéale d’ampoule pour lui rendre honneur et illuminer la pièce comme il se doit. Je vous livre aujourd’hui quelques conseils pour instaurer une luminosité agréable à la maison, avec la technologie LED. 

 

C’était comment avant ? 

Les ampoules à incandescence sont les premières à être utilisées au sein des foyers. Un filament, alors en carbone, en coton ou en bambou, produit de la lumière lorsqu’il se met à chauffer grâce au courant électrique. L’inconvénient : ces ampoules chauffent vite et sont gourmandes en électricité.

Dans les faits, à cette époque seulement 10 % de l'énergie consommée par une ampoule est utilisée pour produire de la lumière. Leur durée de vie assez courte, ce qui est un problème car leur remplacement peut se révéler onéreux.

Quelques années plus tard, fini les filaments trop fragiles. Viennent alors les tubes de néon et les lampes fluorescentes compactes (LFC), largement commercialisées dans les années 1980. Ces dernières utilisent 75 % d'énergie en moins que les ampoules incandescentes et ont une durée de vie dix fois plus longue !

 

La révolution LED

Dans les années 1990, l’ampoule LED bouscule le marché par sa capacité à ne pas chauffer, ce qui lui permet de se concentrer sur son rôle : éclairer. Côté technique, la LED, ou Light Emitting Diode (diode électroluminescente) utilise des semi-conducteurs qui convertissent l'électricité en lumière. Elle permet ainsi d’apprécier un confort visuel, de jour comme de nuit dans les habitations.

Peu énergivore, elle permet de faire quelques économies sur la facture d’électricité mais aussi sur la liste de courses puisque sa durée de vie est plus longue que les ampoules classiques. Dans les faits, les LED permettent de réduire la consommation d'énergie de plus de 80 % avec une durée de vie 25 fois plus longue que les autres ampoules.

 

On parle de Watt ou de Lumens ?

Pour beaucoup, la valeur de référence reste les Watts (w), au départ associés aux ampoules à incandescence. Ils représentent la consommation électrique de l’ampoule mais son éclairage est quant à lui comptabilisé en Lumen (lm). Pas facile de s’y retrouver lorsque l’on doit changer l’ampoule d’un ancien luminaire, mais j’ai une astuce pour vous : divisez le nombre de lumens par 10 pour estimer la valeur équivalente en watts.

 

L’intérêt des variateurs

L’une des qualités des ampoules LED est qu’il est possible de leur associer un variateur afin de contrôler l’intensité de la lumière émise par les ampoules. Inutile d’avoir un salon digne de Versailles lorsque l’on regarde un film le soir, en revanche on apprécie avoir une bonne visibilité lorsque l’on mange ou que l’on travaille à domicile. C’est là qu’interviennent les variateurs de lumières.

Toutes les ampoules n’étant pas compatibles, je vous conseille d’utiliser uniquement des ampoules LED « dimmable » qui vous permettront d’obtenir une variation de lumière entre 60 et 500 Watts.

 

Comment obtenir la couleur idéale ?

Vous préférez instaurer une ambiance plutôt chaude dans votre intérieur ? Ou à l’inverse, vous êtes partisans des éclairages se rapprochant de la lumière naturelle ? Avec les LED, vous aurez le choix du roi !

Pour évaluer la couleur d’une ampoule LED, il faut observer le nombre de kelvins (K). Pour vous donner un ordre d’idée, voici une fourchette selon les ambiances souhaitées :

-   Le blanc chaud se situe entre 2200 et 3200 K, il est privilégié pour les ambiances chaleureuses

-   Le blanc neutre est entre 3300 et 5000 K et est apprécié pour la cuisine ou la salle d’eau

-   Le blanc froid est obtenu au dessus des 5000 K et souvent adopté pour les garages, les couloirs ou les extérieurs.

 

Vous avez désormais toutes les cartes en main pour illuminer votre vie avec la technologie LED !

 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.